Club Royal Petite Aviation Liégeoise
rue de la Cornette, 18
4347 Voroux-Goreux (Fexhe-le-haut-Clocher)
Email : jp.awouters@belgacom.net
Site web : www.crpal.be

Chaque week-end, le ciel d’Anthisnes voit évoluer de magnifiques petites machines pilotées depuis le sol par des amoureux de la conquête des cieux.

Sur un plateau battu par les vents et culminant à 290 mètres d’altitude, entre Anthisnes et Villers-aux-Tours, au milieu des campagnes, on peut distinguer, se détachant sur l’horizon, un superbe nouveau local inauguré en 2014, un chapiteau blanc et une manche à air rouge et blanche accrochée à une longue hampe. C’est là que se trouve le terrain de petite aviation d’Anthisnes. (Rue Eugène Renard)

Pour y accéder, il faut emprunter des chemins de campagne avant d’atteindre le sommet de la butte qui sépare Anthisnes de Villers, juste à l’orée d’un bois. Un site magnifique qui accueille depuis quelques années le CRPAL (Club Royal Petite Aviation Liégeoise). Tout y est net et bien entretenu, le gazon du terrain est de belle qualité et l’accueil des plus sympathiques. Ce qui frappe le plus en arrivant, ce sont tous ces mordus d’aviation, hommes, femmes, jeunes ou moins jeunes, qui s’affairent, en bord de piste, à bichonner amoureusement leurs beaux engins. Planeurs télécommandés ou non, avions à moteurs 2 temps ou 4 temps, de formes et d’envergures diverses, aux couleurs pimpantes seront bientôt prêts à partir à la conquête du ciel bleu sous un soleil printanier. La pelouse est un tapis de velours sur lequel les brillantes petites machines peuvent décoller ou atterrir à leur aise, avec précision et en toute sécurité

 

 

Ce sont aussi ces pilotes, tous fiers d’appartenir à un club composé de gens qui sortent de l’ordinaire, qui font partie du monde à part de ceux qui communient avec l’air et qui parviennent à y faire évoluer des engins de précision au maniement pas toujours facile. Et voici le moment tant attendu, celui du décollage. Ces quelques instants pendant lesquels les moteurs vrombissent crescendo jusqu’au moment où l’avion roulera sur l’herbe, de plus en plus vite, et que son pilote, le boîtier de commande bien en main, les pouces posés sur les manettes, l’arrachera du sol et le fera évoluer gracieusement dans les airs. Un moment magique que l’on souhaiterait accompagné d’une musique de circonstance, comme certaines musiques de films qui intensifient encore l’émotion.

Un club, un esprit

 

Lorsqu’ils sont sur le terrain ou dans le club-house, l’esprit des membres est entièrement tourné vers leur passion. Posez-leur une question sur leur hobby et ils de viennent intarissables.

 

D’abord, ils sont fiers d’appartenir au plus ancien club de Belgique et qui compte en ses rangs un champion du monde en catégorie Planeur, l’Amaytois Denis. Fondé en 1935, le club n’a pas fermé ses portes pendant la guerre et est le seul à pouvoir porter le titre de Club Royal. Ensuite la plupart des membres sont non seulement des passionnés mais des pilotes chevronnés, et auprès d’eux, les jeunes, les novices, en apprennent des choses. Et quand on devient membre, on est accueilli par des gens qui ne de mandent qu’à transmettre leur savoir, leur passion et à recevoir les nouveaux dans la «famille».

Quant a la documentation et aux explications sur les modèles - et Dieu sait s’ils sont nombreux -, il suffit de demander et le spécialiste en la matière vous sortira la fiche qui convient et la commentera

 

Devenir pilote, vous aimeriez ?

 

 

 

Beaucoup de jeunes aimeraient pratiquer la petite aviation, mais, pensent que c’est cher. Sachez que pour 250,00 €. vous avez déjà un bel appareil.

 

 

 

Depuis sa plus tendre enfance, l’homme pense à vaincre la pesanteur, à s’élancer dans l’air, à voler. D’abord, il jouera avec de petits ballons au bout d’une ficelle, puis des avions en papier, mais encore ? Les petits comme les grands aiment les jouets performants. Les petits trains, les voitures télécommandées, c’est bien, mais un appareil qui vole, c’est le rêve. On peut aimer visiter les expositions aéronautiques et les aérodromes. Mais ça ne donne qu’une connaissance superficielle et on n’est que spectateur.

 

L’aéromodélisme invite, lui à la participation et à un double défi, fabriquer et faire voler un avion, un planeur ou encore un hélicoptère. Il faut dire que les modèles vendus actuellement ne nécessitent plus de longues heures de montage. Ils sont souvent vendus assemblés.

 

Il vaut mieux s’adresser à un club afin de commencer dans de bonnes conditions. Cela permet au débutant de rencontrer des modélistes expérimentés qui l’aideront à construire et à faire voler son engin. La cotisation annuelle est très rapidement récupérée par des tuyaux pratiques et techniques.

 

À Anthisnes, par exemple, le C.R.P.A.L. organise chaque année un stage d’été pour jeunes où ils peuvent s’initier à la construction et aux activités de pilotage sous la direction de moniteurs chevronnés.

 

Beaucoup de pratique à la clé et à la fin du stage, la fierté d’avoir franchi une grande étape. L’aéromodélisme est à la fois une activité technique et scientifique, manuelle et intellectuelle, un sport et un art.